AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Auteur◄ (elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.
Elliott Ellans
LONG BEACH INHABITANT
avatar

MESSAGES : 173
ARRIVAL : 17/01/2016
© FACE CLAIM : robbie wadge (okinnel)
OCCUPATIONS : études de droit

personal agenda
Contact list:
Disponibilités RP: (babylone + maddie + maxine + peggy + roméo + thaléïa)

MessageSujet: (elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.   Dim 17 Jan - 23:03

Je suis con (inutile de faire le moindre commentaire sur cette réflexion, merci) et je dois également être un brin maso (même chose, tu te trouves dans ma tête, mais tu n'as aucun droit pour confirmer ou affirmer ce que je pense). C'est l'explication la plus logique. À moins que je perde l'esprit, ce qui ne serait pas si étonnant avec tous les trucs que je consomme. Aujourd'hui, c'est l'heure de la sentence, mes neurones se font la malle et je vais enfin subir les conséquences de toutes mes conneries. Je pense que cette fois c'est clair, je déraille. Non seulement parce que je me dis que c'est le cas (à moins que ce soit une preuve de lucidité au final), mais aussi -et surtout- parce qu'à l'instant précis, je suis en train de me diriger d'un pas décidé jusqu'à chez Tal (pas la chanteuse minable, non Thaleia Davies) avec mon éternel clope au bec. C'est stupide. Non, c'est totalement con même. Le pire truc à faire. Je la revois très nettement me dire qu'elle ne voulait plus me revoir. Je la revois me balancer toutes ces horreurs que je méritais. Je revois la colère s'imprégner sur ses traits. Je revois très nettement tout cela, j'entends presque encore ses insultes, pourtant je suis déterminé. Je joue au con, encore, toujours, pour la millième fois tout ça parce que je n'accepte pas qu'elle décide de me tourner le dos comme ça, sans raison. Enfin, si. Elle a un milliard de raisons, mais je les trouve stupides. Bordel, je ne suis pas du genre à vendre du rêve aux femmes qui partagent ma vie et mon lit par la même occasion (si tu es une demoiselle, prends-en de la graine. Si je viens à m'intéresser à toi, ce n'est certainement pas pour faire de toi la future madame Ellans, loin de là). Je ne comprends même pas comment elle a pu se faire un film sur nous. Nous ? Haha, ça sonne tellement faux. C'était clair que ça ne mènerait à rien. Elle est gentille, je ne dis pas le contraire (oui, le fameux t'es gentille), mais bordel, je ne vais pas finir avec une nana pareille. Une nana qui vend du fromage toute la journée. Non pas que j'ai quoi que ce soit contre les gens qui vendent du fromage (je te vois venir de loin à me dire qu'il faut de tout pour faire un monde et toutes ses conneries), mais... 'fin, ce n’est pas pour moi. J'imagine les présentations de famille, les questions banales, le et sinon Thaleia, tu fais quoi dans la vie ? et la décomposition sur le visage de mon paternel. Non, très peu pour moi. Le fromage, je le mange, je ne vais pas faire ma vie avec. Non, je ne dis pas qu'elle est un fromage, mais c'est ce qu'elle vend, ce qu'elle fait. Inutile de me balancer que le métier que l'on fait ne nous caractérise pas, je m'en tamponne royalement. Je ne finirais pas ma vie avec une vendeuse de fromage, point, j'arrête de me justifier pour rien.

Et là tu dois te dire pourquoi dans ce cas là, je me dirige jusqu'à son appartement dans le centre-ville. Je te l'ai dit, je suis con, un peu trop fier et j'ai un tas d'autres défauts. Je n’accepte pas qu'elle m'envoie chier, puis j'ai envie de la voir. Non pas que je sois totalement in love, on ne va pas s'emballer non plus, mais j'apprécie sa compagnie. Il paraît que quand j'ai une idée dans la tête, je ne l'ai pas ailleurs, en voici une belle preuve. Je veux la voir, je vais la voir, ça s'arrête là.

J'arrive devant l'immeuble dans lequel je suis déjà venu un tas de fois par le passé. Non pas que notre histoire a duré longtemps, mais c'était assez intense (si tu vois ce que je veux dire). Je me suis retenu de passer chez le poissonnier pour prendre un plateau de fruits de mer, je pense qu'elle n'aurait pas apprécié la blague et j'ai moyennement envie de me retrouver avec des crevettes dans les cheveux. Pour l'explication pour les personnes qui débarquent, la demoiselle est allergique aux fruits de mer d'où cette idée totalement stupide. J'attends qu'une petite vieille passe la porte pour la suivre. Au passage, j'ai failli envoyer le mégot de ma cigarette sur un mec qui m'a jeté un putain de regard noir. Un vrai con (je parle du mec là, pas de moi)

Je monte les escaliers rapidement et j'arrive devant la porte. Je ne prends pas d'inspiration pour me donner du courage ou tout autre truc débile du style, on ne va pas déconner non plus, c'est juste Tal. Je frappe et j'attends. Rien. Je sonne. Faites qu'elle ne soit pas en train de vendre son fichu fromage à la con. Le Bon Dieu (ou ce qui lui ressemble) doit m'entendre puisque la demoiselle finit par ouvrir la porte. Je scotche un immense sourire sur mon visage, normal, sans pression. « Ça faisait longtemps. » J'oublie les bonnes manières et c'est volontaire. J'oublie les formules de politesse et tout le reste. À quoi bon ? Je pose ma main sur la porte bien décidé à ce qu'elle ne la referme pas aussitôt. J’ai moyennement envie de me la prendre en pleine tronche (je parle toujours de la porte là hein) « Je passais dans le coin et je me faisais chier. » J'anticipe et je précise de cette façon que non, je ne suis pas là pour m'excuser. M'excuser de quoi ? Je n'ai rien à me reprocher. Ce n'est pas ma faute si elle est naïve. « Ça te dit d'aller faire un tour ? » Normal. Je te l'ai dit, je suis con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mightyjungle.forumactif.com/t109-tic-et-tac
Thaleia Davies
LONG BEACH INHABITANT
avatar

MESSAGES : 136
ARRIVAL : 16/01/2016
© FACE CLAIM : poppy drayton ©bismuth + iloonaa pour la sign
OCCUPATIONS : try to convince herself that breathing out carbon dioxide is an actual job... (ok, she sells cheese to pay her rent)
HOUSING : live in colocation with three other girls

personal agenda
Contact list:
Disponibilités RP: close (0/3)

MessageSujet: Re: (elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.   Lun 18 Jan - 22:28



 
“ Elliott & Thaleia „

L'amour à l'état pur.

Elle est tranquillement installée sur le canapé, manette en mains, chips posées d'un coté, coca de l'autre. En mode grosse crados, mal coiffée, pas maquillée et encore moins habillée ! On l'aura compris, elle est en day off, et semble pas avoir l'intention de sortir de la journée. Et ouais, ça lui arrive de faire son antisociale, et de pas mettre le nez dehors. On croirait pas ça possible en voyant à quel point elle est sportive en temps normal, mais comme quoi, faut pas se fier aux apparences. Elle est en pleine partie de Fall Out 4, son portable en mode avion pour être sûre de pas être dérangée. Ouais, elle y va à fond, cherchez pas... Ses coloc' sont pas dans les parages de toute la journée, alors Thal s'est dit que c'était le moment où jamais de squatter la grande télé. Ouais parce que celle dans sa chambre craint un peu, et puis y a pas de home cinema branché dessus non plus... Du coup, elle kiffe bien sa petite partie, dérangée par rien, ni personne !

Et c'est quand elle enfourne une nouvelle poignée de chips natures dans sa grande gueule, qu'elle entend qu'on frappe à la porte. « Y a personne... » Qu'elle marmonne la bouche pleine, pas vraiment très motivée à bouger son petit cul du canapé. Et elle pense que faire la morte ça suffira pour que l'incruste se barre. Grave erreur, vlà qu'il sonne maintenant ! « Roh putain, en pleine action en plus ! » Elle ronchonne tout en mettant son jeu sur pause, et se décide à se mouvoir jusqu'à la porte. Bon, elle a déjà avalé ses chips, c'est déjà une amélioration, mais ça change en rien qu'elle a son micro-short qui lui sert de pyjama coincé dans une de ses fesses, et un nibard qui se fait presque la malle dans son petit débardeur informe, et trop large pour elle. Pourtant sa dégaine de merde l'empêche pas d'ouvrir la porte, sans même jeter un œil dans le judas pour voir qui vient la faire chier pendant son jour de congé spécial geekage. Ça aurait été le postier, ou le vieux pépé du dessous, qu'elle s'en serait foutue comme de l'an quarante. Plutôt à l'aise avec son corps, même si elle dirait pas non à un ou deux bonnets de plus (on va pas s'mentir, elle a pas d'boobs...), elle pourrait ouvrir à poil que ça lui changerait pas la vie.

« Ça faisait longtemps. » Elle a un mouvement de recul à peine elle va sa sale gueule. Il est sérieux là ? Elliott fucking Ellians est vraiment sérieux ?! Passé la surprise, c'est le dégoût qui prend place sur le visage de la brunette. Manque de bol il a anticipé sa réaction, et l'empêche de refermer la porte en pleine milieu de sa face. Pourtant elle essaie quand même, en vain. Et l'autre con il continue comme si de rien. Il lui balance qu'il passait par là. Mais oui, mais bien sûr ! Et alors qu'elle pensait qu'il pouvait pas s'enfoncer d'avantage, il en rajoute une couche. « Ça te dit d'aller faire un tour ? » Elle reste abasourdie par sa proposition. Non parce que si on revient un peu en arrière, elle l'a quand même envoyé chier y a pas si longtemps que ça ! Parce que comme une bécasse elle a cru qu'elle s'était trouvé enfin un mec qui lui correspondait. Mais faut croire qu'il était pas du même avis qu'elle... « Tu te fous de ma gueule ? » La question est sérieuse, alors que Thaleia n'en revient pas. Elle le savait gonflé, mais alors là, c'est le pompom ! Et pour le coup, elle remonte la bretelle de son haut, et remet son short en place, comme si cela allait la rendre moins vulnérable à sa connerie. « Non mais sérieusement, c'est une blague ? » Cette fois, on perçoit une pointe d'agressivité dans sa voix, et elle lâche la porte sur laquelle elle s'appuyait, pour croiser les bras sur sa poitrine à présent. Sans s'en rendre compte, elle se tient plus droite, comme si se grandir allait la rendre plus impressionnante ou allait lui permettre d'écraser ce petit con d'Elliott. « Qu'est-ce que tu viens me faire chier chez moi ? Elle s'imagine pas une seconde qu'il vient pour elle, parce que c'est pas son genre. Et de toute manière elle en a pas envie, étonnant quand on sait à quel point elle a envie (besoin) d'un petit ami. Parce qu'Elliott c'est un petit con, qu'elle a pensé être différent, jusqu'à se rendre compte qu'elle s'était mis le doigt, pardon le bras, dans l'œil ! Sa version à lui, c'est sûrement qu'elle s'est emballée toute seule dans son coin alors qu'il lui avait rien promis. Sa version à elle, c'est qu'il s'est surtout bien foutu de sa gueule ! Non parce que si tu veux, je peux te rappeler notre dernières conversation, qui me semblait plutôt claire. Elle rajoute, clairement agressive cette fois. En résumé ça donnait : "J'veux plus voir ta sale tronche" ! » Elle est sur le cul quand même, qu'il ait le toupet de se ramener comme ça, telle la petite fleur à peine éclose, la bouche en cœur, comme si de rien ! Elle bouillonne à présent, la gifle la titillant de plus en plus à chaque seconde qui passe. Mais au lieu de ça, elle se contente de serrer ses poings toujours croisés, et sans s'en rendre compte sa mâchoire se tend à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mightyjungle.forumactif.com/t46-just-the-way-you-are-thal
Elliott Ellans
LONG BEACH INHABITANT
avatar

MESSAGES : 173
ARRIVAL : 17/01/2016
© FACE CLAIM : robbie wadge (okinnel)
OCCUPATIONS : études de droit

personal agenda
Contact list:
Disponibilités RP: (babylone + maddie + maxine + peggy + roméo + thaléïa)

MessageSujet: Re: (elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.   Mar 19 Jan - 1:10

hj:
 

Là, face à elle et sa dégaine de merde, je me dis que l'amour rend aveugle... Non pas que j’ai été amoureux d’elle. No way. J'étais aveugle, ça, c'est sûr, mais ce n'était pas à cause de putain de sentiments, non c'était... Je ne sais même pas ce que c'était. La surconsommation de stupéfiants très probablement. (la drogue, c'est le mal, je sais et là je le réalise petit à petit). Ou un autre truc, mais il devait y avoir un truc. Ce n’est pas possible autrement. Gosh, je suis sorti avec cette nana. Donne-moi une corde, je vais abréger mes souffrances. Quoi que non, ça lui ferait beaucoup trop plaisir.

En l'observant sans la moindre gêne (depuis quand est-ce que je devrais être gêné face à elle ?), je me dis que là, il serait peut-être mieux d'être aveugle. Pas aveuglé par l'amour, non, ce serait ridicule, mais aveuglé au sens propre. Ne me dis pas que c'est méchant, je ne vois pas en quoi. Je soutiens totalement les gens malvoyants en disant ça. Ce n’est pas bien de dire aveugle. Non, non, on dit malvoyant même s'ils ne peuvent rien voir. Tout comme on dit malentendant et surtout pas sourd. Le pouvoir des mots, le pouvoir d'atténuer un truc qui n'a aucune raison de l'être. Le mec, il ne voit rien, mais on dit qu'il voit mal. Ce n’est pas qu'il voit mal, bordel, c'est qu'il voit pas, que dalle, nada, niet. Bref, on se prend vraiment la tête pour rien des fois. Genre là. Je me prends la tête à écrire un truc pareil dont tout le monde se fout, mais je m'en fous aussi que tu t'en foutes. Bordel, on n’est pas rendu ! Du coup, je disais quoi ? Ah oui ! Il serait mieux d'être aveugle pour éviter de voir ce petit bijou (ironie puissance dix mille). Non, mais sérieux, tu as vu la nana ? Autant, elle peut être vraiment bandante à des moments, autant là... Euuuh. Non, elle ne l’est pas le moins du monde. Je ne suis même pas sûr que le mec le plus en chien de la planète lui trouve quoi que ce soit. Ou alors, il est lui aussi sous stupéfiant. Ou, il est amoureux. Non, c'est impossible. Personne ne peut tomber amoureux d'elle, 'fin, surtout pas d'elle dans cette tenue. Bref, pourquoi je suis venu déjà ? Je voulais la voir, oui, mais pas habillée comme... comme rien du tout. Elle aurait mieux fait d'ouvrir à poil, au moins, j'aurais apprécié la vue (et pas qu'un peu !).

Je reste avec mon parfait sourire de parfait enfoiré (trop de parfaits, je sais, mais c'est ça lorsque l'on frôle la perfection). Je sens qu'elle apprécie ma compagnie. Je sens que je suis en train d'illuminer son après-midi pourri. Non, en fait, je ne sens rien du tout, si ce n'est qu'elle n'apprécie pas que je sois là. Bordel, les femmes ne sont jamais contentes. Elle n’était pas contente quand j'ai décidé de mettre un terme à notre histoire (en allant voir ailleurs, mais c'est un détail insignifiant) et maintenant, elle n'est pas contente alors que je lui accorde de mon temps. Je suis censé faire quoi bordel pour qu'elle se montre un minimum reconnaissante ?

Elle est mignonne en petite statue qui reste sur le cul ('tain, je deviens un poète !) avec sa petite face de nana pas contente, à tenter de se redonner une bonne figure en remettant son sac à patates en place. Note à moi même, lui offrir un vrai sac à patates pour la première occasion qui se présentera. Gosh. Pour la Saint-Valentin, ce serait un sacré cadeau et le moment parfait. Encore une fois, je m'égare. Elle se rhabille et paf, c'est le moment d'écouter le doux timbre de sa voix de camionneuse. (Camion, pouet, pouet...) « Tu te fous de ma gueule ? » Elle lit dans mes pensées. Oui, intérieurement, je me fous totalement de sa gueule, de sa tenue et d'un milliard d'autres choses. Mais sinon, non, ma proposition est très sérieuse. Enfin, elle l'était, mais maintenant en y pensant, je me dis que je me vois mal sortir avec elle dans cette tenue. Je tiens à mon image même si elle semble se foutre royalement de la sienne. Je secoue brièvement la tête pour lui faire comprendre que non. Non, je ne me fous pas de sa gueule. Elle est longue à la détente parce qu'elle continue. « Non, mais sérieusement, c'est une blague ? » Bah écoute, toujours pas non. Je ne suis pas devenue comique en l'espace d'un tiers de seconde (ça fait peu de temps quand même, si je dois changer de voie, je vais avoir besoin de beaucoup plus de minutes !). La nana, elle se permet même de monter le ton, de croiser les bras, de prendre un air sérieux. Genre, tu refais une blague pareille, je te butte. Mais putain ! Ce n'est pas une blague. Je ne suis pas un petit rigolo moi, je suis un mec très sérieux (haha !). Cette fois, je lève les yeux au plafond, à croire que je recherche un peu de soutien là-haut. Je peux toujours attendre, je ne suis pas près de le recevoir ce soutien. Le Bon Dieu, il doit se marrer là-haut et je le vois bien plier se dire que je n'ai qu'à me démerder. Bah c'est ce que je vais faire, je n’ai pas besoin de lui de toute façon. Je finis quand même par marmonner toujours avec mon putain de sourire scotché sur ma face d'ange (une petite fleur pour moi). « Pas vraiment non. » J'aurais pu juste dire non. Ouais, j'aurais pu, mais j'ai décidé de dire deux mots de plus. J'ai réussi à caser trois mots alors qu'elle pète une durite, ça mérite bien quelques points ça. Bon, je sais au Scrabble, ça vaudrait que dalle vu les lettres que j'ai utilisées, mais là, vu le contexte, on peut adapter les règles, non ? Non ? Pfeuh, t'es vraiment pas fun.

Et là, paf (le chien), ça s'enchaîne. « Qu'est-ce que tu viens me faire chier chez moi ? Non parce que si tu veux, je peux te rappeler notre dernière conversation, qui me semblait plutôt claire. En résumé ça donnait : "J'veux plus voir ta sale tronche" ! » Et elle referme (enfin) la bouche. Respire, meuf. Tu vas te faire du mal toute seule. Je souris (encore, toujours, je pourrais faire de la pub chez Colgate) et j'hausse légèrement les épaules pas du tout perturbé par sa tirade. Je fais mine de réfléchir un instant à ses propos alors qu'on ne va pas se mentir c'est pas du tout le cas. Je me fiche (fous même) de notre dernière conversation. Je me tamponne sévère de ce qu'elle m'a dit et de ce qu'elle a envie. Bordel, avant on passait du bon temps (et pas qu'au lit), on ne va pas tout envoyer sur les roses pour des conneries. « Je crois que c'est la partie où tu parles de ma 'sale tronche' que je n'ai pas compris. » Sourire, je ne pousse pas le truc jusqu'à lui adresser un clin d'œil, mais bordel, ça me démange. « Je pensais que tu me trouvais canon. Tu remets tout en cause là, il me faut un temps d'adaptation. Tu comprends ? » Ma voix devient plus douce lorsque je pose la question comme si j'avais vraiment besoin de ce fichu temps d'adaptation. Là, oui, je me fous de sa gueule. Ce n’est pas bien, je sais, mais c'est plus fort que moi. J'ajoute quand même. « Roh, détends-toi, Tal. C'est bon, on va pas se la jouer drama non plus. » Si ?

J'avoue que le couloir est bien sympathique, mais j'ai moyennement envie de camper ici (sans tente, c’est pas très pratique). Je pousse un peu plus la porte et j'avance d'un pas. La demoiselle prend toute la place, donc je peux moyennement me faufiler dans son appart' (quoique). « Bon, okay, tu veux pas te montrer en ma compagnie. Je comprends, si j'étais toi, moi aussi je voudrais me garder juste pour moi. Dans ce cas-là, je te laisse me payer un truc à boire. » Pas la moindre gêne. « À moins que tu préfères faire autre chose. » Nouveau sourire Colgate, je sais, j'abuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mightyjungle.forumactif.com/t109-tic-et-tac
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(elliott&thaleia) l'amour à l'état pur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [fanfiction] L'amour sur msn
» Les plus beaux duos d'amour
» vend enveloppe promo je te rends ton amour
» Elliott Murphy à Ieper le 25.02.2010
» [ OS ] Pour l'amour d'une fille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE MIGHTY JUNGLE / time flies ! :: - LONG BEACH : california - :: (( DOWNTOWN )) :: résidences-
Sauter vers: